La lente agonie de « Wally », le baleineau qui s’était égaré en Méditerranée

Début mars, un baleineau de 16 mois s’était égaré en Méditerranée. Depuis, il avait été escorté par les biologistes marins vers les eaux espagnoles. Aperçu la semaine dernière dans les eaux de Majorque, l’animal semblait maigre et faible. Les scientifiques sont désormais très pessimistes sur ses chances de survie.

Wally, le jeune baleineau long de huit mètres et pesant plus de sept tonnes était passé par le détroit de Gibraltar, après avoir longé le littoral du Maroc et de l’Algérie, puis remonté les côtes italiennes et françaises, il avait été aperçu le 6 mai au large d’Argeles et Banyuls. Depuis, il a poursuivi sa route jusqu’à Alicante puis les Baléares où l’animal est apparu extrêmement affaibli le samedi 22 mai.

Une lente agonie:
Selon des scientifiques de l’aquarium de Palma cités dans le journal La Vanguardia, le cétacé était épuisé et d’une grande maigreur, à tel point que ses vertèbres étaient visibles en surface ! Une dégradation de son état de santé observée tout au long de son périple au large des côtes catalanes, où la baleine grise s’est notamment arrêtée à Port de la Selva puis est restée longuement immergée face à l’embouchure du Besòs, sans doute pour tenter de reprendre des forces en ingérant les micro-organismes charriés par la vase de la rivière.

Car la principale menace pour la survie de Wally, c’est l’absence de plancton en quantité et qualité suffisante en Méditerranée pour lui permettre de se nourrir correctement. L’animal égaré a ainsi pratiquement épuisé ses réserves de graisse et les experts sont désormais très pessimistes sur ses chances de survie.

Pourquoi l’animal ne peut-il être sauvé?
Malgré une forte mobilisation des autorités catalanes qui ont régulièrement escorté le cétacé , aucune opération de secours ne semble possible.
En effet, il n’existe pas de techniques de sauvetage permettant de remorquer ou même guider un cétacé d’une telle taille…

La surveillance en zodiac et en hélicoptère aura tout de même été nécessaire pour éviter toute collision avec des navires ou des baigneurs.
Autre objectif de son suivi : empêcher que les nombreux curieux ne s’approchent trop prés de Wally pour éviter de le stresser et le désorienter encore davantage.

Trop affaibli pour rejoindre l’océan Atlantique:
Aux dernières nouvelles, hélas, Wally semblait finalement bien trop amaigri et épuisé pour parvenir à remonter les courants jusqu’à l’océan Atlantique.
Face à cette situation désespérante, les experts se divisent. Et alors que certains estiment qu’il faut abréger les souffrances de la jeune baleine, Juan Antonio Raga, professeur de zoologie à l’université de Valence, estime pour sa part que la nature doit suivre son cours, mais reconnaît que la question de son abattage peut se poser.

De son côté, le gouvernement des Îles Baléares – l’une des régions espagnoles les plus touristiques – espère que la baleine ne s’échouera pas sur l’une de ses plages, étant donné le poids de l’animal qui pèse plusieurs tonnes.

Le ministère espagnol de l’Environnement a, quant à lui, demandé aux habitants de ne pas s’approcher du baleineau, dont le dernier voyage semble bel et bien arriver à son terme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s