Pornographie: un site français fait scandale pour violences sexuelles

Voilà déjà trop longtemps que les signalements en ligne s’accumulent contre un seul homme: Pascal Opé, à la tête d’un site porno amateur dont certains contenus ressemblent à des vidéos de viols nettement assumées.

Pas besoin de consommer du porno pour avoir déjà entendu ce nom, notamment sur twitter: Pascal Opé, à la tête d’un site pornographique Français a déjà fait l’objet de plusieurs signalements en ligne concernant les contenus proposés par son site.

Bien loin d’être des acteurs et de faire semblant, bon nombre des personnes présentes dans ces contenus amateurs semblent soumises à des violences sexuelles, voir même des viols évidents.

En plus d’insulter ouvertement les femmes et de cumuler ainsi les propos sexistes incitant à la haine; Pascal Opé n’hésite pas à jouer la carte de l’impunité en publiant par exemple des vidéos de femmes étrangères qui parlent à peine français – humiliées et insultées, sous prétexte que Pascal leur a confisquées leurs passeports (selon ses dires), le tout accompagné des htag « femme abusée », ou « forcée »…

Et si la réalité des faits vous choque, c’est que vous ne connaissez pas l’homme en question! Selon Pascal, les filles qui tournent des vidéos chez lui sont là pour: « payer leur loyer ou nourrir leurs gosses, ou soit parce qu’elles aiment ça. » Bien-sur les filles tout droit venues de Prague ou du Vietnam et qui ne parlent pas français, sont dans le même lot! Rien d’étonnant donc si on ne trouve pas une once d’empathie chez cet individu, capable de tenir de tels propos.

Des propos sexistes impunis:
Car oui, vous l’aurez compris, Pascal, c’est l’intouchable du porno Français, au pays de « l’égalité »! C’est l’exemple typique de ce qui ne va pas dans notre monde! Mais comme personne ne l’inculpe, l’homme se permet de multiples provocations, qui vont des phrases choquantes aux images violentes et ce, malgré les plaintes de ses propres utilisateurs sur son site web.

: « Et voila les soldes que nous attendions avec impatience , car qui dit soldes , dit filles avec besoin d’argent pour aller acheter leur nouveau sac a main , venez chez nous, les filles nous allons vous donnez du pouvoir d’achat » voici le type de propos tenus par Pascal Opé lorsqu’il se vante de payer les femmes « 50 euros » pour tourner dans ses films.

Dans une vidéo de son site web, on peut également assister à une scène de violence en réunion sur une jeune femme asiatique, qui ne parle pas un mot de français.

Après s’être fait humiliée et insultée par un groupe d’hommes, la jeune femme en état de choque n’a su exprimer que le mot « fatigue », avant que Pascal l’installe dans une baignoire, pour qu’un groupe d’hommes lui urinent à tour de rôle sur le visage.

Pendant l’acte, l’un des « participants » s’est presque soucié du consentement de la jeune femme, ce à quoi Pascal répond: « je sais pas si elle est d’accord, je lui ai pas demandée son avis, elle a pas le choix« . La jeune femme, prostrée dans le silence, se retient de pleurer, et alors qu’elle est tétanisée par ce qui vient de se passer, Pascal lui fait croire qu’elle pourra se rincer à l’eau, avant de lui annoncer en rigolant: « je plaisante, y a pas d’eau ici, tu vas devoir rentrer comme ça ».

Un contenu facilement accessible:
Actuellement si la France songe à protéger les mineurs de la pornographie en ligne, ce n’est pas encore gagné. Pascal Opé et son site sont bien la preuve qu’aujourd’hui n’importe qui peut aller se délecter de violences sexuelles en quelques clics. Pourtant, le ministère lui, rappelle que « l’exposition à la pornographie « nommerait » plus qu’auparavant les pratiques sexuelles, et brouillerait les frontières entre la réalité et les représentations que celle-ci véhicule ». Parmi ces « normes », il cite l’ « expression d’une domination masculine forte qui remet en cause l’égalité femmes/hommes », les « atteintes portées à la notion de consentement », l’ « encouragement au développement du sexisme », sans oublier la réification du corps.

Comme l’a dit Rachel Moran, survivante de l’industrie du sexe et militante abolitionniste, « il n’y a pas, et il n’y a jamais eu de défense féministe de la marchandisation des femmes. » Cela devrait être une évidence, qu’en tant que féministes, partisanes d’un mouvement social et politique pour la libération des femmes de l’oppression masculine, les femme ne souscrivent pas à un média et des institutions qui brutalisent les femmes pour le plaisir des hommes.

En attendant toutefois que les mœurs évoluent, si vous êtes témoins de violences sexuelles en ligne, vous avez la possibilité des les signaler sur la plateforme, https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/Accueil!input.action.

Ainsi peut-être qu’un jour les horribles types comme Pascal Opé se verront condamnés pour leurs délits… Du moins c’est ce qu’on leur souhaite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s