Canicule exceptionnelle: les records de 2003 pourraient être battus

Cette semaine une canicule exceptionnelle de par son intensité va concerner le pays. Les 40 °C seront dépassés en plusieurs endroits par une vague de chaleur d’environ 3°C de plus que lors de la canicule d’août 2003. Un événement jamais enregistré en France et qui devrait faire suffoquer une grande partie de l’Europe.

Jeudi et vendredi 27-28 juin, des records de températures devraient être battus : jusqu’à 43 à 44°C attendus dans le centre et centre-est de la France! Cette vague de chaleur exceptionnelle par son intensité devrait perdurer pendant une dizaine de jours, notamment dans le sud. Du jamais vu pour un fin de mois de juin.

La raison?
La vague de chaleur attendue trouve son explication dans la remontée d’une masse d’air très chaud qui provient directement du cœur du Sahara. Il s’agit d’une masse d’air humide qui est beaucoup moins supportable qu’une masse d’air sec. Cette configuration météorologique s’affirmera et persistera toute la semaine.

Ainsi, c’est un épisode caniculaire qui va concerner le territoire dès ce lundi. Et il ne fera pas dans la demi-mesure. « Cette canicule s’annonce sans précédent pour un mois de juin » indique François Gourand, prévisionniste à Météo-France. « Le jour le plus chaud atteint sera comparable à 2003, pas très loin en tout cas ».

Rappelons qu’en juin 2003, une canicule avait affecté une grande partie de la France avec des températures qui ont atteint jusqu’à 41,5 °C le 21 juin à Lézignan-Corbières dans l’Aude. Les températures suivantes les plus chaudes ont également été observée durant la même période : 44 °C le 6 août 2003 à Conqueyrac (Gard) et 43,9 °C le 4 août 2003 à Saint-Géry (Lot) selon les données de Météo-France. Un record qui pourrait être battu à compter de ce mercredi 26 juin 2019, ou le pic de cette vague de chaleur est attendu en fin de semaine selon les modèles de prévision.

La faute au réchauffement climatique?
Toujours selon Météo-France, « le recensement des vagues de chaleur depuis 1947 montre une nette augmentation de la fréquence et de l’intensité des vagues de chaleur : elles ont été deux fois plus nombreuses au cours des 34 dernières années que sur la période antérieure. »

Ce type de vague de chaleur précoce et de plus en plus fréquente, s’explique sans doute par le réchauffement climatique actuel alors que nos activités émettent toujours plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Selon le glaciologue et climatologue Jean Jouzel -« Il faudra s’attendre à des canicules de plus en plus intenses. »

A son tour Emmanuel Bocrie, ingénieur-prévisionniste de Météo France, prévoit des conséquences sur la santé -« Avec le changement climatique, des animaux auxquels on n’est pas habitués vont remonter comme des moustiques, des insectes » -« Si il y a de plus en plus de canicules, on va récupérer les animaux du Maghreb car ils retrouveront un environnement auquel ils sont habitués, mais aussi des maladies ».

« Il n’est pas impossible que des maladies comme la malaria [aussi appelée paludisme] réapparaisse alors qu’on l’avait éradiquée », ajoute-t-elle.  « On entre dans des conditions météo différentes de ce que l’on a habituellement. »

« Les organismes auront du mal à récupérer »

Outre les très fortes chaleurs le jour, les températures nocturnes resteront élevées. Il faudra attendre dimanche pour qu’un air plus frais tente de s’incruster par le nord-ouest et fasse fléchir les températures au nord de la Loire. C’est le scénario dominant à l’heure actuelle. La moitié sud resterait toutefois influencée par la proximité du dôme d’air chaud. Les conditions de canicule pourront donc persister plus longtemps sur ces régions. En conséquence, les organismes auront du mal à récupérer convenablement.

Enfin, soulignons que ces températures anormales pour un début d’été le sont également pour toute la partie nord de l’Afrique, le moyen-Orient, la péninsule arabique, une partie de l’Asie (notamment en Inde) et le nord de la Russie…

Pour plus d’informations sur les mesures de précaution à prendre en cas de forte chaleur, vous pouvez consulter le site de l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s