La nouvelle Calédonie organise un massacre des requins bouledogues!

En raison d’un accident survenu en Mai dernier avec un requin qui avait gravement blessé un petit garçon, la Nouvelle Calédonie a décidé de se lancer dans une chasse aux requin sans aucune concertation ni aucune rigueur scientifique.

Le 25 Mai, en Nouvelle Calédonie, un petit garçon s’était fait arracher la jambe par un requin. L’enfant se trouvait dans une zone portuaire, interdite à la baignade du fait de l’accumulation de déchets pouvant y attirer les squales. Suite à l’accident, le requin responsable du drame fut traqué et tué immédiatement, cependant quelques temps après une deuxième attaque serait survenue, lors de laquelle un pêcheur aurait été mortellement mordu. Un second drame qui a poussé radicalement les autorités locales de la Nouvelle-Calédonie a frapper fort : une vingtaine de requins bouledogues (une espèce protégée), seront prochainement abattus, ont-elles annoncé.

Cette initiative, déjà fortement contestée par une grande partie des Calédoniens présente des mesures aussi irresponsables qu’inefficaces :
Mise à mort immédiate et aléatoire des requins bouledogues localisés dans la zone de la grande et petite rade de Nouville, alors qu’aucune étude n’a montré l’efficacité de ces abattages. L’objectif est d’abattre massivement ceux-ci jusqu’à ce que le nombre de survivants soit jugé acceptable par les autorités.

Cette « régulation » de la population de requins, sans présenter de limite, ni de base d’étude ou de rapport solide de la population de requins bouledogue paraît complètement abjecte et insensée pour les défenseurs de l’espèce. De plus le filet anti-requin prévu dans la baie des citrons, sera également un piège mortel pour nombre d’animaux non ciblés (tortues, gros poissons,… etc).

l’ONG Sea Shepherd Nouvelle-Calédonie s’insurge contre ces « solutions » brandies sans concertation avec les associations environnementales, ni avis circonstanciés d’experts, et « demande aux institutions l’arrêt immédiat des prélèvements de requins bouledogue et la mise en place d’un plan d’actions de prévention avec l’ensemble des acteurs publics, associatifs et experts du comportement du requin ». Julien Chable, le président de l’ONG, en Nouvelle-Calédonie, appelle notamment les Calédoniens à « changer leurs habitudes » en « arrêtant de jeter les déchets en mer. »

L’homme, seul responsable de la venue des requins:
«Pendant des années, les requins ont été nourris, ce qui les a sédentarisés », a indiqué Sonia Lagarde, la maire de Nouméa, complice du plan d’action d’abattage des requins. « Il est impératif de s’attaquer au fondement du problème. » Conclut-elle.

À noter que pourtant, le requin bouledogue est protégé depuis 2013 par le Code de l’environnement de la province sud, au même titre que tous les autres squales. Il est également classé comme espèce « quasi menacée » par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s