Baisse du QI: l’idiocratie sera t-elle pour demain?

Serions-nous bientôt en idiocratie? D’après plusieurs études récentes, une baisse généralisée du QI serait effective notamment en Europe, depuis une quinzaine d’années. Une conséquence qui serait ni génétique, ni sociologique mais environnementale.

Le quotient intellectuel (QI) est un score obtenu par un test standardisé aux paramètres multiples et dont la valeur est une indication de l’intelligence du sujet. Si le QI moyen est autour de 100, il semblerait en baisse dans les pays occidentaux, depuis les années 90.

Selon une étude publiée en 2013 dans la revue scientifique Intelligence, c’est chez les Britanniques que le phénomène est le plus flagrant. On observe en effet une chute de 14 points entre 1999 et 2013, avec un score moyen de 100.

En Norvège, 730 000 personnes ayant fait leur service militaire entre 1970 et 2009 ont fait également l’objet d’une étude qui révèle que le QI moyen norvégien a baissé de 7 points en une génération.

Un phénomène qui n’épargne pas non plus la France:
Chez les français, on note également un recul de près de 4 points, depuis le début des années 2000, avec un score moyen de 98.

Le constat est donc désormais incontesté : le QI baisse à l’international. Nos enfants sont plus bêtes que nous et nos petits enfants encore plus. Toutes les études réalisées dans des pays développés vont dans le même sens, mais quelles seraient les causes?

Plusieurs hypothèses possibles:
Bon nombre de suspicions plus ou moins absurdes sont envisagées. Par exemple plusieurs études ont mis en cause les perturbateurs endocriniens, ces substances qui polluent notre environnement et altéreraient la rapidité de notre cerveau tandis que d’autres évoquent trop de télévision, une moins bonne éducation, une moins bonne santé, ou encore une baisse de fertilité des plus intelligents…

La dernière étude en date, réalisée par deux économistes norvégiens et publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences, affirmerait quant à elle que les facteurs seraient non sociologiques et non génétiques, et retiennent le « déclin des valeurs éducationnelles », « dégradation des systèmes éducatifs et scolaires », « télévision et médias », « dégradation de l’éducation au sein des familles », « dégradation de la nutrition » et « dégradation de la santé ».

Pourtant cette dernière analyse, comme les précédentes, n’a pas fait pas consensus dans la communauté scientifique, car la mesure du QI et son lien avec l’intelligence est un exercice très compliqué. Les spécialistes ne sont donc pas d’accord unaniment sur les causes de ce phénomène, mais cela n’enlève pas la gravité du problème. En effet, ces études ont de quoi piquer la fierté de l’Homme qui se gargarise de son « évolution » sans limite…

« Nous devenons de plus en plus stupides , ça se passe maintenant et cela ne va pas s’arrêter » assène sans détour Edward Dutton, (Ulster Institute for Social Research, Royaume-Uni) dans le documentaire « Demain, tous crétins ? », diffusé sur Arte en novembre 2017.

Les plus forts QI se retrouvent en Asie:
Les recherches effectuées par Richard Lynn, un professeur émérite de psychologie à l’Université d’Ulster (Irlande du Nord) et son acolyte Tatu Vanhanen, professeur émérite de science politique à l’Université de Tampere (Finlande), ont permis d’établir un classement des QI moyens dans plus de 80 pays, entre 2002 et 2006. Selon leur tableau, les pays avec les plus forts QI se situent incontestablement en Asie.

En effet, les gagnants sont les pays d’Asie du Sud-Est, et la Chine est d’ores et déjà à la 11e place. Avec Hong Kong première, la Corée du sud et Taiwan deuxièmes et Singapour quatrième font une course en tête qu’il deviendra difficile de rattraper.

Mais les tests de QI sont toujours à mettre en contexte:
« Il serait absurde de dire qu’avec un QI de 120, on est « deux fois plus » intelligent qu’avec un QI de 60″, rappelaient des psychologues en 2005, alarmés par les « dérives » qu’ils observent chez les familles pressées de classer leurs enfants selon leur QI. De plus, « les résultats d’une évaluation intellectuelle sont susceptibles de varier chez une même personne selon le test utilisé », concluent-ils.

En résumé, si plusieurs études démontrent une baisse du QI dans certains pays, cette conclusion ne fait pas encore l’unanimité dans la communauté scientifique. Pas plus que les causes de cette éventuelle baisse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s