Scénario 2050: l’humanité en danger d’ici 30 ans

Un nouveau rapport met en garde sur une “forte probabilité de fin progressive de l’humanité” d’ici 30 ans. Une telle affirmation s’appuie sur de nombreuses publications scientifiques que l’on peut réunir sous la bannière de l’Anthropocène. Le dernier rapport en date suggère notamment un scénario 2050 rythmé par les changements climatiques et l’effondrement des écosystèmes.

C’est le groupe“Breakthrough National Centre for Climate Restoration”, qui s’avère être à l’origine d’une récente étude, qui décrit un scénario dans lequel les conditions atteignent un seuil de non retour, à partir duquel l’humanité entière serait menacée d’extinction par ses propres actes: extinction massive des espèces, pollution, dérèglement climatique et bien d’autres… Des scénarios déjà envisagés pour 2050, par d’autres analyses scientifiques.

Le rapport s’intéresse notamment à la population qui compte près de 8 milliards de personnes ou encore aux températures jamais atteintes et qui ne cessent d’augmenter, poussant les chercheurs à insister sur le fait que nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation unique, sans équivalent historique précis. Des conséquences négatives permanentes et importantes pour l’humanité, qui pourraient ne jamais être annulées.

L’analyse du rapport, propose en conclusion un “scénario 2050” plausible, selon lequel l’humanité pourrait s’effondrer en trois décennies. D’après ses auteurs: “il y a une forte probabilité que la civilisation humaine prenne le chemin d’une fin progressive”.

Les experts se rejoignent:
À la fin de l’année dernière, les experts du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) des Nations unies ont décrit les conséquences néfastes d’une hausse réduite des températures à 1,5°C ainsi qu’une disparition des petites îles situées au niveau de la mer, une importante mortalité des espèces ou encore des effets durables de l’acidification des océans… Il semblerait d’ailleurs que les objectifs fixés par la Cop 21 ne seraient pas suffisants pour réparer nos écarts depuis l’ère industrielle.

Si rien n’est fait, la ressource en poissons de la région Asie-Pacifique sera épuisée d’ici trente ans et jusqu’à 90% de ses coraux gravement détériorés d’ici 2050. En Afrique, ce sont plus de la moitié des espèces d’oiseaux et de mammifères qui seront perdues d’ici 2100. Au cours du siècle écoulé, deux espèces de vertébrés ont disparu en moyenne chaque année.

Vous l’aurez compris, les changements environnementaux sont donc devenus les principaux facteurs envisageables pour précipiter l’humanité au fond du gouffre. Ajoutez à cela que leur impact aura de grosses répercussions sur les migrations et déplacements de populations dans le monde, sans oublier que la natalité va continuer à croître. Il est aussi urgent de prendre en compte la demande croissante en ressources et le gaspillage qui s’en suit. En effet, une autre étude affirmait récemment que le monde gaspille environ 40% de la nourriture qu’il produit. Avec tous ces éléments, le scénario catastrophe ne relève plus du délire comme en 2012.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s