Ce qu’on pensait être écolo, mais qui en réalité ne l’est pas!

Bien souvent, lorsqu’on tente d’améliorer son alimentation et de la rendre plus éthique, on se tourne en toute confiance vers les appellations bio, naturel ou équitable… Seulement voilà, lorsqu’on creuse un peu le sujet, on se rend vite compte que le marketing influence aveuglément nos connaissance. En effet, voici un bon exemple de ce qu’on pourrait penser « responsable » pour l’environnement, mais qui ne l’est pas.


1- Les plats à base de soja
Si les produits à base de ce soja sont à la mode, sa production elle, n’en est pas moins responsable! En effet, la production de soja n’est pas aussi écolo qu’on aurait pu le penser. Chaque année, 330 millions de tonnes de graines de soja sont produites dans le monde (principalement pour nourrir le bétail.)

La production de soja contribue à la déforestation, mais ce dernier a aussi de nombreux impacts environnementaux. L’huile de soja nécessite l’utilisation de processus industriels lourds, de quantités importantes de solvants chimiques comme l’hexane, qui peuvent contribuer à des pollutions locales et produisent des gaz à effet de serre.

2- Les avocats
C’est certainement celui qui risque de décevoir le plus d’internautes, en raison du nombres de photos d’avocats qui pullulent sur instagram.
La raison de cet engouement? L’avocat serait « sain », ou encore très « naturel ». Pourtant bien qu’il soit bon pour notre santé, l’avocat n’est pas pour autant très écolo! En effet, étant donné qu’on ne le trouve pas partout, son transport en provenance de lointains pays s’avère très énergivore!

Et ce n’est pas tout!
Sa production coûte en consommation d’eau : 1.000 litres d’eau pour trois avocats. Et afin de répondre à une demande croissante des consommateurs, certains cultivateurs sont prêts à tous les sacrifices écologiques pour faire pousser cet or vert. Ainsi, comme l’explique ConsoGlobe, au Mexique, notamment, des forêts entières sont rasées pour y planter des avocatiers avec pour conséquence la disparition progressive d’espèces animales locales.

3- Le lait d’amande
Excellente alternative au lait animal, le lait ou les boissons à base d’amande nécessitent elles aussi une grande consommation d’eau!
En effet, 80% de ces fruits à coque proviennent de Californie et leur culture nécessite 5 litres d’eau pour faire pousser une seule amande.
En ce qui concerne le lait, pour produire 100 ml de lait d’amande 100 litres d’eau sont nécessaires…

4- Réutiliser une bouteille d’eau
Beaucoup de gens préfèrent réutiliser la même bouteille d’eau. Hors, la qualité du plastique d’une bouteille s’altère rapidement. Lorsque vous la réutilisez, elle vieillit et libère des solvants toxiques dans votre eau, ce geste n’est donc pas recommandé. Si vous souhaitez boire sans avoir à utiliser de bouteilles, vous pouvez toujours acheter une gourde en inox ou en verre (matériaux inertes donc sains) à la place !

5- l’huile de coco
La production massive d’huile de coco pose aujourd’hui certains problèmes environnementaux (déforestation, transports, etc). Il est donc préférable de la remplacer par des huiles locales, lorsque c’est possible.

6- Choisir du plastique “biodégradable” et/ou “bio-sourcé”
« Biodégradable » ne signifie ni que le plastique est sans danger pour la santé, ni qu’il est compostable, ni qu’il peut être jeté dans l’environnement sans pollution.

Les plastiques dits « bio-sourcés » sont faits – en partie seulement – à partir de matières végétales. Ils ne sont pas/peu recyclables, peuvent être tout aussi toxiques qu’un plastique classique et sont faits à partir de végétaux destinés à l’alimentation humaine comme le maïs.
Le mieux reste donc largement d’éviter le plastique tout court.

7- Faire du 100% recyclage
Si le recyclage est un excellent moyen de réutiliser des matériaux déjà produits et ainsi d’épargner de nombreuses ressources naturelles, ce dernier n’en est pas moins énergivore!! En effet les étapes de recyclage et le transport en Asie s’avèrent être un long est lourd processus qu’on peut éviter. Le mieux serait encore une fois de se passer le plus possible des déchets en achetant des produits qui n’en produisent pas. (emballages etc..)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s