Voici le premier mammifère officiellement disparu à cause du changement climatique!

Ce petit rongeur (Melomys rubicola) qui vivait jusque-là en Australie est officiellement considéré comme éteint. Selon les médias et le gouvernement australien, il s’agirait du premier mammifère victime du changement climatique.

Le gouvernement australien vient d’annoncer l’extinction officielle de Melomys rubicola, un petit rongeur parfaitement distinct des autres mélomys australiens et qui fut découvert en 1845 à Bramble Cay.

Ressemblant à une grande souris de 15 à 18 cm, ce petit mammifère (l’un des plus isolés d’Australie) vivait sur la baie sableuse de Bramble Cay, dans le détroit de Torres (Queensland), au nord de l’Australie.

Au début des années 2000, la population de Melomys rubicola avait chuté a environ 10 individus, ce qui le classait en danger d’extinction. Depuis, sa situation s’était empirée et entre 2009 et 2013 un seul individu avait été aperçu. Face au constat, le petit rongeur a donc été considéré comme éteint en 2014, malgré le plan de surveillance, préservation et de restauration mis en place par le gouvernement australien.

Le réchauffement climatique est-il responsable?
Selon Leeanne Enoch, Ministre de l’Environnement du Queensland, l’extinction de cet animal montre que « nous vivons les véritables effets du changement climatique en ce moment même ».

En effet, le petit rongeur qui vivait à seulement 3 mètres au-dessus du niveau de la mer aurait subi une destruction de son habitat due à des inondations répétées de l’île lors de tempêtes de forte intensité, aggravées par la montée des océans.


Melomys rubicola sur du sable recouvert de végétation

Un hommage dans le journal britannique The Guardian:
Dans le journal britannique The Guardian, le caricaturiste australien Andrew Marlton lui rend hommage avec un dessin appelé “Une minutes de silence pour le Melomys de Bramble Cay, une autre victime du changement climatique”.

Et si rendre hommage à un rongeur vous semble absurde, dites-vous bien qu’il s’agit de la première espèce visiblement disparue en raison de la crise écologique. Un constat tristement symbolique derrière cette extinction.

Classer une espèce comme « éteinte » n’est « pas une décision prise à la légère, a déclaré Geoff Richardson, cadre du ministère de l’Environnement, devant une commission parlementaire. Récolter des preuves prend du temps, car nous voulions être absolument certains » de pouvoir en faire l’annonce officielle.

À ce jour, l’extinction officielle du Melomys rubicola est le dernier élément d’une longue liste de catastrophes environnementales liées aux changements climatiques qui touchent l’Australie, plus particulièrement ces derniers temps : canicule intense avec des températures frôlant parfois les 50 °C, incendies qui ont dévasté plus de 200 000 hectares de forêts et de terres agricoles, pluies diluviennes, inondations dramatiques… Tous ces changements climatiques ne seront pas sans conséquences et pousseront de toute évidence d’autres espèces à l’extinction.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s