Expérimentation animale: des scientifiques utilisent des souris pour redonner vie à des cellules de mammouth…

Dans notre précédent article l’homme voudrait ramener des espèces éteintes à la vie, on vous avait déjà exposé l’idée farfelue des scientifiques qui consistait à tenter de recréer des espèces disparues. À ce moment-là, celle de recréer un mammouth avait été évoquée, mais conscients d’être un peu trop utopistes les chercheurs avaient surtout pour but de ressusciter des espèces plus accessibles et moins vieilles. Seulement jusqu’où iront les limites de cette science sans conscience?

Récemment des chercheurs ont réussi à activer des cellules d’un mammouth congelé vieilles de 28.000 ans en les implantant dans des ovocytes de souris. Une expérience inutile sur des pauvres animaux qui ne fera pas ressusciter pour autant les mammouths d’ici demain!

C’est une équipe internationale qui a mené ce projet au Japon. Le but a été de prendre des noyaux de cellules d’un mammouth bien conservé découvert en 2011 dans le permafrost sibérien et a les introduire dans des dizaines de cellules sexuelles de souris femelles. Cinq ont eu des réactions biologiques caractéristiques du début de la division cellulaire, mais aucun n’est entré dans la phase de division qui aurait été nécessaire à la création d’un mammouth…

Alors à quoi cela aura servi?
Selon les experts, «cela montre que malgré les années, une activité cellulaire peut encore se produire.» Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue Scientific Reports et tout ce qu’elle nous aura appris c’est que nous sommes très loin de la reproduction d’un mammouth et qu’on a encore abusé d’expériences inutiles sur des animaux de laboratoire (en l’occurrence ici, des souris.)

Depuis, cette université continue de travailler avec d’autres établissements, à l’étude et l’éventuel clonage du mammouth et prévoit d’explorer d’autres méthodes destinées à redonner vie au géant préhistorique. Un comble quand on sait que la recherche pourrait servir à des causes plus utiles et qu’à ce jour on préfère ressusciter un mammouth dans un monde en souffrance, plutôt que de se soucier des espèces actuelles qui disparaissent…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s