Prison à baleines en Russie: Pamela Anderson interpelle le président Poutine

En novembre dernier une prison illégale de cétacés a été découverte en Russie via des images aériennes. C’est dans une baie au large des côtes, qu’une centaine d’orques et bélugas ont été retrouvés emprisonnés dans de petits enclos. Le but de cette captivité illégale? Vendre les animaux à des parcs marins, notamment en Chine.

Les images dévoilées par tous les médias en novembre 2018 étaient particulièrement choquantes. Une nouvelle révoltante à l’heure où la captivité des orques dans les parcs marins fait régulièrement scandale. Les enclos dans lesquels étaient retenus prisonniers les animaux ressemblaient à de petites prisons aquatiques sous la surveillance d’hommes armés. À l’intérieur, pas moins de onze orques et 90 bélugas ont été recensés.

La découverte était d’autant plus choquante que les cétacés retenus captifs dans des conditions alarmantes étaient vraiment nombreux. « C’est la première fois qu’un tel nombre de cétacés est observé en captivité dans de petits enclos temporaires », explique le journal indépendant Novaya Gazeta. Selon les premiers éléments de l’enquête certains animaux étaient retenus captifs depuis le mois de juillet.

Les cétacés devaient être vendus aux parcs d’attractions aquatiques:
Le but était visiblement de revendre les animaux à des parcs marins chinois, en contournant les lois. En effet depuis 1982 la capture des cétacés est très réglementée. Elle ne peut l’être qu’à des fins scientifiques et éducatives très définies et ce de manière limitée en autorisant des captures de 13 orques par an. Parmi ces mesures, l’exportation des cétacés à but commercial est strictement interdite.

Un marché noir qui contourne la loi:
Cette prison à cétacés n’était rien d’autre qu’une usine pour le marché noir, sachant qu’une orque se revendrait à plus de cinq millions d’euros, ce business crapuleux paraît donc plus que tentant. D’ailleurs les quatre compagnies propriétaires des enclos où se trouvaient les animaux n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Arrêtées notamment il y a quelques années pour avoir exporté des orques vers la Chine, les compagnies avaient prétexté louer les animaux à des entreprises chinoises.

La star Pamela Anderson prend part à l’enquête en interpellant le président russe!
Pour l’instant concernant la prison à baleines dévoilée en novembre, le comité d’enquête russe a engagé une procédure pénale et la star américano-canadienne Pamela Anderson s’est adressée au Président russe, le priant de couper court à la pêche des baleines sauvages et des orques. «Actuellement, je suis de près les actualités en Russie et j’espère que ces magnifiques mammifères seront bientôt relâchés de la « prison à baleines » et que ce type de business rude sera du passé», indique-t-elle dans sa lettre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s